Parcoursup :

Parcoursup : comment devenir acteur de son orientation scolaire ?
« Le bon élève n’a plus seulement la tête bien pleine mais aussi bien faite. »

Bruno Magliulo, professeur agrégé de Sciences économiques et sociales et inspecteur d’Académie honoraire, est spécialiste de l’orientation scolaire. Auteur de nombreux ouvrages sur les études supérieures, B. Magliulo a publié récemment « S.O.S Parcoursup », aux éditions l’Etudiant, pour aider les lycéens et leurs parents à comprendre le fonctionnement et les enjeux de la plateforme Parcoursup.

Objectifsup : Pourquoi avoir écrit un livre sur Parcoursup ?

B.M : « Depuis la loi du 6 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite étudiante scolaire, tous les élèves en fin d’études secondaires doivent s’inscrire en première année d’études supérieures via la plateforme Parcoursup.

Cette procédure concerne plus de 800 000 candidats chaque année et près de 7 millions de dossiers de candidature.

Or, beaucoup de lycéens trouvent Parcoursup compliqué et se posent beaucoup de questions. Je leur conseille d’abord de bien réfléchir à la formation qu’il désire puis de se poser ensuite les bonnes questions. Par exemple, comment préparer au mieux mon dossier de candidature ? Comment formuler mes vœux ?  

Mon livre est un guide pour accompagner pas à pas les lycéens et leurs parents à chaque étape de la procédure de Parcoursup. Je donne des conseils pratiques pour l’utiliser avec sérénité et efficacité.

Objectifsup : Quels sont, selon vous, les clés pour réussir son orientation scolaire ?

B.M : Tout élève de Terminale doit construire relativement tôt son projet personnel d’orientation, la première phase de Parcoursup débutant début décembre. Pour cela, je recommande aux lycéens de commencer, dès la classe de Première, à réfléchir à son projet en allant aux salons d’orientation, en discutant avec des professionnels, avec ses professeurs…

Elaborer son projet d’orientation repose sur 3 piliers :

  • Connaître les métiers et les secteurs d’activité : choisir tel ou tel métier est une question cruciale, chaque lycéen doit se la poser. Y répondre n’est pas facile, surtout quand on ne sait vers quelles activités se diriger.

Il y a là un véritable travail de réflexion à entamer…

 

  • Connaître les itinéraires de formation : quelles sont les voies d’études supérieures qu’il faut choisir pour aller vers tel ou tel métier. Une licence universitaire, une classe préparatoire, une école d’ingénieur post-bac ?  

 

  • Se connaître, identifiez ses compétences, ses difficultés, ce pourquoi on est fait ou pas et cerner les grands traits de sa personnalité…autant de pistes de réflexion qui aideront les lycéens à adapter leurs choix d’orientation à ce qu’ils sont profondément. Ce travail sur soi peut être soutenu par des rencontres avec des spécialistes (conseillers d’orientation, psychologues…).

 

Objectifsup : Quels conseils donneriez-vous aux lycéens pour choisir une des filières de l’enseignement supérieur ? 

 B.M : Je leur recommanderais de se poser trois questions pour les aider dans leur choix ;

  • Avez-vous une préférence pour des études courtes ou longues ? il est fondamental de répondre à cette interrogation assez tôt pour être en mesure d’opter soit pour une filière courte (type BTS) soit une filière longue (cursus universitaire ou classes prépas).

 

  • Avez-vous besoin d’un fort taux d’encadrement ou d’autonomie ? Tout dépend de ses préférences quant à l’organisation de son temps de travail.

 

  • Avez-vous un projet professionnel clair et stabilisé ? Il est plus facile de choisir les filières quand on a un projet professionnel bien identifié et motivant. Ce n’est toutefois pas le cas de la majorité des lycéens qui ont souvent une idée vague de leurs futurs métiers… »

Les conséquences de Parcoursup :

1

FIN DE L'UNIVERSITE POUR TOUS

L’admission d’un lycéen dans toutes les filières universitaires est conditionnée à l’examen de son dossier scolaire et à l’obligation de suivre en première année « un parcours personnalisé », conçu comme une remise à niveau.

2

UNE VERITABLE MISE EN CONCURRENCE

800 000 candidats pour 650 000 places dans le supérieur.

Un accès aux études supérieures de plus en plus difficile.

3

UN CLASSEMENT EFFECTUE PAR LES UNIVERSITES

Nouveauté : ce sont les universités qui classeront les candidats en fonction de critères comme la capacité à travailler de manière autonome ou les compétences d’expression écrite et orale. Et non les lycéens.

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube
  • Instagram

Abonnez-vous pour recevoir notre actualité